Cessez l'utilisation des mouvements oculaires dans le Développement et installation des ressources jusqu'à ce que leur valeur ajoutée soit prouvé: Réplique à Leeds et Korn (2012)

Stop the use of eye movements in resource development and installation, until their additional value has been proven: A rejoinder to Leeds and Korn (2012)

Description

Ce bref article répond au commentaire de Leeds et Korn (2012) sur notre article (Hornsveld et al., 2011) dans lequel nous avons montré que les mouvements oculaires (MO) au cours du rappel de souvenirs autobiographiques positifs et riches en ressources (tels que ceux utilisés dans le Développement et installation de ressources [DIR]) conduisaient à une diminution de (a) la clarté, (b) l'agrément et (c) la force éprouvée de la qualité ou de la ressource visée. Ainsi nous avons observé un effet contraire à ce qui était recherché et en avons formulé un examen critique dans notre article.

Dans leurs commentaires, Leeds et Korn soulignent leur expérience clinique positive avec le DIR et insistent particulièrement sur les limites de notre étude. Ici nous arguons que nos résultats, malgré leurs limites, sont parfaitement cohérents avec des preuves de plus en plus nombreuses en faveur de l'explication des MO par la mémoire de travail. De plus, des effets opposés des MO dans le DIR et dans le lieu sûr sont en accord avec plusieurs autres observations cliniques. Etant donné l'absence de résultats confirmatifs, nous préconisons de nouveau, et maintenant encore plus fortement, de cesser l'utilisation des MO dans les procédures DIR et de lieu sûr jusqu'à ce que leur valeur ajoutée soit prouvée.

This brief article responds to Leeds and Korn's (2012) commentary on our article (Hornsveld et al., 2011) in which we found that eye movements (EMs) during recall of positive and resourceful autobiographic memories (such as those used in resource development and installation [RDI]) led to decreases of (a) vividness, (b) pleasantness, and (c) experienced strength of the intended quality or resource.

Hence, we found an opposite effect than what was intended and critically discussed this in our article. In their comments, Leeds and Korn stress their positive clinical experience with RDI and emphasize the limitations of our study. Here we argue that our results, despite their limitations, are fully in line with mounting evidence supporting a working memory account for EMs. Moreover, opposite effects for EMs in the RDI and the safe place procedure accord with several other clinical observations. Given the absence of any confirmatory results, we again advocate, and now even more strongly, to stop the use of EMs in the RDI and safe place procedures until their additional value has been proven.

Format

Journal

Language

French

Author(s)

Hellen K. Hornsveld
Ad de Jongh
Erik ten Broeke

Original Work Citation

Hornsveld, H. K., de Jongh, A., & ten Broeke, E. (2013). [Stop the use of eye movements in resource development and installation, until their additional value has been proven: A rejoinder to Leeds and Korn (2012)]. Journal of EMDR Practice and Research, 7(3), 68E-73E. doi:10.1891/1933-3196.7.3.E68. French

Collection

Citation

“Cessez l'utilisation des mouvements oculaires dans le Développement et installation des ressources jusqu'à ce que leur valeur ajoutée soit prouvé: Réplique à Leeds et Korn (2012) Stop the use of eye movements in resource development and installation, until their additional value has been proven: A rejoinder to Leeds and Korn (2012),” Francine Shapiro Library, accessed October 28, 2020, https://emdria.omeka.net/items/show/22322.

Output Formats